voie verte de la ligne Caen Flers 4

Le chemin des écoliers

Mail reçu sur le site que je mets en ligne avec l'accord de Pierre l'auteur.

 

 

"Mes parents m'envoyèrent poursuivre mes études sur Caen.

Je prenais le train du dimanche soir pour l'internat.

A bord de l'autorail de 18h48, je retrouvais les mêmes habitués et surtout deux camarades qui fréquentaient la même école que moi.

Si Hervé montait comme moi à Flers, nous retrouvions Paul à Condé sur Noireau.

Je me souviens du bruit caractéristique de notre micheline.

En gare de Flers notre train stationnait bien à l'avance dans l'attente des voyageurs.

L'hiver, il n'était pas question d'arriver trop tôt car souvent le chauffage n'était pas mis.

Ce chauffage qui selon le chef de train pouvait être trop chaud....et puis surtout la foule des voyageurs certains dimanche des grands jours ou au delà des habitués une vingtaine de personnes venaient se joindre.

Une remorque était attelée au train du dimanche, aussi nous convenions de nous retrouver dans la micheline que les cheminots appelaient Picasso afin de pouvoir effectuer le trajet ensemble.

Chacun reprenait sa place, ses habitudes et assurément appréciait le plaisir des retrouvailles.

Je crois me souvenir de quelques dimanches sans remorques, il fallait se tasser dans l'unique voiture de notre petit train.

Nous regardions alors chaque arrêt espérant qu'il ne se présente personne, sinon certains soirs il fallait se serrer sur les banquettes mais cela avait aussi son charme, en tout cas avec du recul.

Les saisons rythmaient nos habitudes et surtout notre attention.

Le train s'arrêtait partout, tous les 5 à 7 minutes si je me souviens bien, de quoi avoir le temps de voir le paysage et ces petites gares.

Des petites gares qui pour certaines ne voyaient pas grand monde sur le quai, seulement parfois un chef de gare regardant si quelqu'un allait se présenter à la dernière minute...mais non, alors il disait quelques mots au contrôleur et parfois au conducteur qui descendait le saluer puis nous repartions.

En gare de Saint Rémy sur Orne, nous croisions l'autorail pour Flers.

Il arrivait qu'il n'était pas à l'heure alors nous attendions, mais cela était rare.

La ligne passait sur de nombreux ponts et surtout un long tunnel qui nous semblait interminable.

Je pourrais en parler longuement, la ligne était un tableau plein de paysages qui changeaient avec l'évolution de l'année scolaire.

Le chemin de fer de la ligne Caen-Flers a été mon chemin des écoliers gardant mes secrets d'enfances comme ceux de mes camarades.

J'ai voulu témoigner sur ce site que j'ai découvert de mes souvenirs, remerciant l'auteur d'avoir relaté l'histoire de la ligne Caen-Flers."

Pierre

 



les belles années

Les reconstructions des villes comme Thury-Harcourt, Condé sur Noireau, Flers, Caen apportaient de l'emploi, de la vie, après la sombre période.

Le chômage, vous avez dit chômage, nous ne connaissions pas.

Les centres villes tout fraichement reconstruit dans les années 50/60, tout neuf, tout beau comme les gares refaites nous semblaient moderne, confortable et très agréable.

C'était le style de la reconstruction, le temps du développement des transports, puis l'arrivée massive de l'automobile et de l'autocar qui prirent progressivement l’ascendant sur nos petites lignes de chemin de fer conduisant à leur fermeture massive.

Pourtant qu'il était beau cet autorail dans le paysage de la ligne Caen-Flers retraçant l'histoire des trente glorieuses.

Bien sur, il demandait de respecter les horaires pour le prendre. Aujourd'hui au nom de la liberté tout le monde veut tout....tout de suite, ce qui est parfaitement louable mais crée de nouvelles contraintes dans laquelle l'évolution technologique joue un rôle déterminant. Après l'évolution du transport,la technologie, nouveau moyen de voyager fait la part belle au virtuel  en  remplaçant de façon dramatique le réel contact humain. Si cela parait apporter plus de confort et comporte de nombreux atouts, il conduit à plus d'exigences plus  elle se   développe si l'on ne sait pas se limiter. Pour qu'elle soit comprise, elle doit être porteuse d'espoir de réels valeurs et d'humanisme. Les trente glorieuses ont porté ces valeurs, même si elle n'était pas aussi parfaite que cela....avec moins de technologie mais bien plus de bonheur.

Nous sommes tous responsables ayant encore le choix de ne pas en abuser....alors dimanche prochain, tous à vélo pour redécouvrir les valeurs de la vie, en famille ou entre amis le long de la voie verte de la ligne Caen-Flers, loin de vos portables , des sms, et des jeux vidéos pour les plus accros !!!!

Et c'est aussi valable pour vous, hommes politiques qui passez votre temps à twister même lors de réunions.

l'histoire de la ligne en 6 chapitres

Caen-Flers chapitre 1 : www.voievertedelalignecaen.sitew.fr

Caen-Flers chapitre 2 : www.thuryharcourt.sitew.fr

Caen-Flers chapitre 3 : www.berjou.sitew.fr

Caen-Flers chapitre 4 : www.voie-verte-de-la-ligne.sitew.fr

Caen-Flers chapitre 5 : www.lignecaenflers.sitew.fr

Caen-Flers chapitre 6 : www.voievertedelalignecaen.sitew.org

Service simple et pro

Je crée mon site

Pour écrire

railsuissenormande@gmail.com